Choukry BENMANSOUR

mardi 28 août 2012

Cliquez sur ce lien pour vous redirigez vers mon nouveau site: 

Click this link for you redirect towards my new site

 

www.choukry.odexpo.com

 

Posté par havre de paix à 10:59:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Cliquez sur ce lien pour vous redirigez vers mon nouveau site: 

Click this link for you redirect towards my new site

 

www.choukry.odexpo.com

 

Posté par havre de paix à 10:58:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 27 avril 2012

 

 

Cliquez sur ce lien pour vous redirigez vers mon nouveau site: 

Click this link for you redirect towards my new site

 

www.choukry.odexpo.com

 

 

 

 

 

Posté par havre de paix à 21:35:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 15 janvier 2012

Texte lu par Mr Raul Caplan lors du vernissage le 07/02/2012, "Alliance entre deux peuples" à l'espace culturel Louis Delgrès

 

fotos reda jan2012 463


Fidèles à notre tradition d’ouvrir notre espace chaque année avec une exposition venue d’un « ailleurs » (voire d’un ici) différent de celui qui nous définit (les Outre-Mers au sens large) nous sommes heureux de recevoir aujourd’hui Choukry Benmansour.

 fotos reda jan2012 471


Cher Choukry Benmansour, soyez le bienvenu à l’Espace Culturel Louis Delgrès. Je ne vais pas détailler ici votre parcours, dont la sinuosité rappelle les lignes de certaines de vos toiles, et qui va de l’Algérie à Nantes, en passant par le Mexique et sûrement bien d’autres pays, car vous êtes de toute évidence un individu curieux (au bons sens du terme !).

 

 Vous avez choisi comme titre de votre exposition « Alliance entre deux mondes » et vous nous en expliquerez peut-être tout à l’heure le pourquoi.

 

 s4200008

 

Pour ma part, il mesemble que la plus grande richesse de votre travail est de nous montrer qu’il n’y a pas deux mondes mais un seul. Au-delà des clivages économiques et culturels qui partagent notre planète (en pays développés et sous-développés ; ou en Nord/Sud ; ou encore comme on disait à l’époque de Frantz Fanon : en Premier et Tiers-monde) ; au-delà de ces clivages, donc, vous nous montrez de façon éclatante qu’il n’y a qu’un monde, une humanité, un Univers (uni et divers à la fois).

 fotos reda jan2012 414

 

 

Ce monde-un ou Tout-monde, pour reprendre les mots d’Edouard Glissant, vous l’avez exploré d’abord grâce aux mathématiques, qui est votre métier premier. Par là, vous vous insérez tout naturellement dans une culture multiséculaire faite de transmission et des correspondances : car l’histoire des mathématiques est peut-être celle qui relie le mieux notre Humanité : on connaît l’apport des Arabes au développement des mathématiques, aussi bien en faisant le lien entre l’Inde et l’Europe, qu’en sauvegardant le patrimoine scientifique grec pendant le Moyen Age, et enfin à travers de nombreux progrès et inventions comme l’algèbre. Il faut citer également la géométrie, car elle tisse un lien évident entre la science, l’art et le sacré, comme en témoigne l’art islamique  en Afrique du Nord mais aussi sur notre continent, à Grenada ou à Cordoue, dans cette péninsule ibérique qui connut pendant quelques siècles une expérience rare de vie en commun entre Juifs, Chrétiens et Musulmans.

 fotos reda jan2012 415

 

 

Cette triade (science-art-sacré) me paraît essentiel pour comprendre votre démarche. J’ai appris que vous êtes arrivé à l’art à partir de l’observation d’une toute petite pierre de moins de deux centimètres, qui a été la source de votre big-bang créatif. Cette pierre a fonctionné comme matrice (qui dit « matrice » dit « mater », « mère », engendrement) de votre créativité, et comme support aussi par moments. Le minerai renferme un mystère fait de matière, de textures, de couleurs. Dans votre rapport avec la pierre je vois comme un écho de la méditation du protagoniste du Siècle des Lumières d’Alejo Carpentier, qui passait des heures à contempler un coquillage, sa spirale parfaite, et qui y voyait une sorte de lien secret entre microcosme et macrocosme.

 

fotos reda jan2012 370

 

 

L’homme a réussi à voyager dans l’espace, a laissé son empreinte sur la lune, ce petit caillou sidéral qui tourne autour de nous. Il a réussi à explorer l’infiniment petit, le microscopique et maintenant la nanométrique. Votre petit caillou à vous contient lui aussi le grain de sable et le morceau de planète, l’infiniment petit et l’infiniment grand, et on comprend qu’il ait pu déclencher chez vous cette vocation d’artiste.

fotos reda jan2012 418

 

Mais cette vocation prend ses racines aussi dans votre histoire personnelle, à travers le figure de votre père, Abdallah Benmansour, peintre lui aussi et qui vous a sans doute transmis son amour de l’art.

 Votre peinture puise son inspiration dans la Nature, en témoignent les titres de vos travaux qui renvoient aux espaces terrestres (Marécages, Sahara) ou marins (Corail, Fonds marins), au monde végétal (Le Verger, Orchidées, Les fuchsias, Les feuilles mortes), aux paysages (Un matin de brume, Sieste pastorale), voire aux forces telluriques (Eruption volcanique).  Cette Nature de toute évidence vous a fasciné dès votre enfance (je vous cite) :

« Quand j’étais un petit enfant (…) j’aimais mes excursions dans des jardins naturels, où on entend la voix du Grand Esprit dans le chant des oiseaux, dans le ruissellement de puissants cours d’eaux et dans l’odeur agréable des fleurs. C’est au travers de ces lieux offerts par la terre que l’homme peut trouver la paix et l’harmonie ».

 C’est là votre jardin d’Eden à vous, un lieu de retrouvailles avec vous-même et avec le cosmos, espace-temps de recueillement où vous devenez un observateur « naïf » qui retrouve les choses primordiales (« une pierre, un arbre, une feuille, le vent, toutes les couleurs… »). Mais de cette observation solitaire du monde nous revient par la suite votre « Perception subjective », qui me rappelle la maxime de Juan de Mairena, un des hétéronymes du grandpoète espagnol Antonio Machado : « a la ética por la estética » (« on arrive à l’éthique par l’esthétique ») ; c’est-à-dire que la recherche du bon(heur) passe par la recherche du beau.

 fotos reda jan2012 380

Avant de vous donner la parole, il faut rappeler que cette exposition est aussi un hommage à Frantz Fanon (1925-1961), qui a été au centre de nombreuses activités dans l’année qui vient de s’écouler à l’occasion du cinquantenaire de sa mort. Martiniquais et Algérien, combattant de la Libération, puis militant pour l’indépendance de l’Algérie, Fanon a toujours vécu dans l’engagement : il s’est battu pour la décolonisation sur le plan politique, bien sur, mais aussi pour la décolonisation des esprits, un combat oh combien difficile contre tous ces traumatismes et préjugés ancrés dans la conscience et l’inconscient des colonisés ; ce combat contre l’aliénation il l’a mené en tant que psychiatre, en tant qu’essayiste, en tant qu’homme tout court.

 Dans le conte du Graal, la mère de Perceval conseille à son fils de toujours demander le nom à ses compagnons de route, car « C’est par le nom que l’on connaît l’homme ». Or, je note que le mot « Fanon » désigne en français une « pièce d’étoffe suspendue et déployée au bout d’une lance (…) pour servir de signe de ralliement ». De l’étoffe qui sert comme drapeau et signe de ralliement guerrier à la toile qui sert comme signe de ralliement tout court il n’y a qu’un pas…

 J’ajoute que votre prénom « Choukry », signifie en arabe « de nature reconnaissante ». Mais aujourd’hui c’est à nous de vous dire « choukrane », ou « gracias », ou « Tlazocamati » (en nahuatl, la langue des anciens Aztèques du Mexique) ou simplement « Merci ».

 

Raúl Caplán

Posté par havre de paix à 21:38:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]


jeudi 3 décembre 2009

WMC du 01 décembre 2009: Du cubisme à l'abstrait

 

Au risque de nous tromper, on va dire que l’école prédominante dans cette exposition de l’artiste Choukry Benmansour est le cubisme qui a connu ses heures de gloire dès 1904 pour toucher à sa fin dès le début de la première guerre mondiale. Art pictural, le cubisme a marqué aussi l’architecture très en vue en Tchécoslovaquie au début du siècle dernier. Souvent dans les arts plastiques, le hic, concernant le cubisme, est de savoir s’il faut regarder le tableau dans sa globalité ou dans ses détails. La plupart du temps, la forme générale que propose la toile ne renvoie à rien de particulier, ce qui excite à regarder les détails dans une tentative d’en tirer un sens. Cézanne, en 1904, disait : « Traitez la nature par le cylindre, la sphère, le cône, le tout mis en perspective, soit que chaque côté d’un objet, d’un plan, se dirige vers un point central ». Soit. Mais dans l’œuvre de Benmansour, et si de cubisme il s’agit, aucun côté ne semble se diriger vers quelque point central. Multiformes, les cubes s’imbriquent, s’enlacent, se détachent et se rejoignent sans tendre vraiment vers quelque point que ce soit. Abstrait ? . Sûrement. Le même Cézanne disait que « le cubisme ouvre la voie de l’abstraction ».  Or, dès qu’on parle d’abstrait, la question semble curieusement résolue du fait que tout un chacun a la latitude de lire la toile comme il l’entend. Benmansour, lui, ne semble pas – c’est du moins l’impression qu’il donne – se complaire dans l’abstrait pour se débarrasser de toute explication de son œuvre et s’en remettre sur le spectateur pour le faire à sa place ; au contraire, il semble insister beaucoup plus sur la couleur que sur la forme et sa signification. D’ailleurs, il intitule son exposition « Luminescence ou la magie des couleurs ». C’est dire que, cubique ou pas, abstrait ou pas, le thème de l’exposition ne fixe pas un sujet à proprement dire, mais la couleur, avec ce jeu récurrent du rouge, du bleu et du jaune. Luminescence a tout l’air d’un travail mené artistiquement dans ce procédé dit phosphorescence, à cette différence près que ce procédé a besoin de lumière pour être, alors que la luminescence de Benmansour illumine même sans lumière.
Quoi qu’il en soit, les mots ne disent rien sur l’art pictural. Seul l’œil sait le lire. Par conséquent, il faut aller voir pour lire.
 
 
(*) A El Teatro, jusqu’au 7 décembre 2009

 

Auteur : M. Bouamoud

 

Posté par havre de paix à 22:02:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Le Temps : Culturel jeudi 03 décembre 2009

Arts plastiques : 

Choukry Benmansour à El Teatro

Entre couleurs et questionnements...



D'un continent à un autre, les inspirations de Choukry Benmansour se font multiples et s'enrichissent pour une exposition haute en couleur. Il nous propose, ici, à travers ses toiles, sa vision et ses compositions.

De son père, artiste de renommée en Algérie, il hérite certainement, de la sensibilité qui lui permet de peindre. En Tunisie, son travail est prolifique. La matière recherchée, riche et dense de sa peinture vient nous transporter dans les lignes sinusoïdales de ses tableaux. Il semble concilier ainsi pensée et concept, perception et abstraction. Il explore différentes techniques et manières de faire, afin d'explorer l'irrationnel, l'imprévisible... Délivrant sa vision d'une société en mutation.

De la " Terre d'Afrique " à La " profondeur terrestre ", " L'effervescence " se trouve " Un matin de brume " en pleine " Eruption volcanique ". A chaque fois, s'ouvre le champ des possibles. Il suffit de presque rien pour que ses lignes entrecroisées deviennent, comme d'elles-mêmes, territoire, ciel, personnage, forme biologique ou cellulaire... Il faut porter attention à ce qui survient, à ce qui peut survenir. La matière se façonne, débordant de potentialités.

Les formes fixées alors, dans un de leurs déplacements, possèdent une instabilité essentielle, une indétermination. Elles se voient briller davantage au travers d'une résine apposée sur la peinture, la rendant lisse et miroitant la lumière.

Le redéploiement de certains motifs, formes, couleurs les transforme en symboles dont la signification nous demeure inconnue, témoignant d'un parcours intime propre à l'artiste.
Intéressé par le pouvoir thérapeutique des couleurs " langue maternelle du subconscient " d'après Jung (début du XXème siècle), Choukry Benmansour tente d'explorer ces dernières. Les couleurs agissent sur l'être humain le faisant apprécier tel ou tel tableau. Les civilisations anciennes (Égyptiens, Aborigènes, Amérindiens, Chinois...) observaient déjà, il y a des millénaires, les effets des couleurs sur le corps et l'esprit et croyaient en leur pouvoir thérapeutique. Outre ce pouvoir, pas moins de 140 expressions utilisent la couleur. Et Choukry Benmansour se pose la question de l'influence des couleurs sur l'être humain...

Le sens logique des mathématiques qu'il enseigne semble être ici oublié. S'il affirme que ces dernières l'aident à être méthodique et à probablement gagner du temps quand il peint, il travaille avec liberté sans qu'il paraisse y avoir ni début ni fin avec le seul désir que le spectateur fasse appel à sa propre imagination...jusqu'au 14 décembre 2009.
 

Nadia ZOUARI

 


Posté par havre de paix à 21:40:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 30 novembre 2009

A ceux qui pensent que l'Art doit forcément déranger...

J'ai été surpris, cet après midi, en échangeant quelques paroles avec une amie, que certaines personnes pensent que l'expression artistique, pour avoir de la valeur et du sens, doit refléter un état de malaise et de torture psychologique.

A mon sens une expression artistique est un moyen de transmettre un message autre que par le langage habituel. Il faut bien sûr pour cela en avoir les aptitudes. Et c'est ainsi qu'on est ou pas artiste. Le message transmis peut être en rapport avec l'actualité. On se révolte contre les injustices, les catastrophes naturelles, le manque de responsabilité de certains dirigeants. Mais il peut être aussi de l'ordre des sentiments et même du bien être.

A travers les équilibres de courbes et de couleurs, j'essaie de partager des états d'âme:

- un moment agréable d'une sieste adossé à un arbre (sieste pastorale: huile sur toile 50x70)

- des étonnements lorsque je m'aperçois que l'on connait davantage des planètes situées à des     centaines de milliers de kilomètres de la terre et que l'on ne sait pas grand chose sur les abîmes (le     secret des Abîmes: huile sur toile et technique mixte 90x90)

- la beauté d'un tissu (Sari: gouache 50x60)

- la majesté d'un rapace (majesté d'un envol: huile sur toile 100x150)

- une révolte contre l'intolérance et cette conviction universelle de détenir la vérité, de se situer au dessus des autres (perception subjective, huile sur toile 60x80)

La liste est longue, mais sans davantage d'intérêt.

Que dirions nous de certains grands chanteurs arabes pour ne citer qu'Oum Kaltoum ou Farid El Atrache? Leur grandeur n'étaient-elles pas dans la mélodie et la volupté de leur voix? Que dirions nous de ces écrivains qui manient bien la plume pour écrire des romans, de ces danseurs dont le mouvement subtil et sensuel nous laisse dans l'admiration ou de ses grands chefs, dont je partage la passion, et qui par un génie de création arrivent à des goûts et des saveurs nouvelles. Sont-ils tous dans la supercherie artistique?

Pour ma part, je n'ai jamais pu peindre dans un état de malaise. La suggestion m'est toujours venue à travers la beauté et la richesse de notre planète.

Choukry BENMANSOUR

Posté par havre de paix à 21:42:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 26 novembre 2009

LUMINESCENCE...ou la magie de la couleur.

Les civilisations anciennes (Égyptiens, Aborigènes, Amérindiens, Chinois...) observaient déjà, il y a des millénaires, les effets des couleurs sur le corps et l’esprit et croyaient en leur pouvoir thérapeutique. Elles savaient déjà qu’il existe une interaction entre l’énergie et la matière, entre la pensée et le corps."Les couleurs sont la langue maternelle du subconscient" déclarait Jung au début du XXe siècle. Depuis, plusieurs expériences scientifiques ont démontré de façon troublante que les couleurs provoquent des réactions physiologiques sur les êtres vivants.

Photo0754

"Rêve d'Or et d'Azur" huile sur toile 90x90


Dans certaines pratiques indiennes, on considère que les troubles de santé et les maladies résultent d’un déséquilibre, d’une disharmonie qui peut trouver son origine dans des erreurs d’hygiène de vie, des émotions négatives, des croyances et des pensées, ainsi que dans notre réaction naturelle à un choc physique ou psychologique. Les couleurs, alliées à d’autres thérapies naturelles, permettent à notre énergie vitale d’amener un état facilitant l’auto-guérison. Le corps, siège de la conscience, est composé de 5 éléments qui doivent être dans le juste équilibre. Ces 5 éléments sont l’air, le feu, l’eau, la terre et l’éther. Chaque élément correspond à une vibration lumineuse, à une vibration sonore et à certaines vibrations particulières des aliments. Si l’un de ces éléments est affaibli, il faut alors le stimuler par la couleur, les sons et les médecines naturelles appropriées. On peut utiliser simplement des verres filtrants à travers lesquelles la lumière solaire se teinte de la couleur. On expose ensuite certaines parties du corps à cette lumière colorée pendant un certain temps. La meilleure des choses à faire reste encore de tenter l’expérience par vous-même…

BLANC

BLEU

JAUNE

ORANGE

VERT

VIOLET

ROUGE

NOIR

Maintenant que vous venez de prendre connaissance de l'influence des couleurs sur notre quotidien, on peut alors se poser la question pourquoi sont-elles également autant présentes dans nos expressions.


Expressions_colorées 1

Expressions   colorées 2  

Expressions_colorées_3

Expressions_colorées_4


Posté par havre de paix à 21:08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 9 septembre 2009


Exposition : L’art de la pierre

Le Quotidien | Publié le 22.01.2009

Choukry Benmansour est un artiste d’origine algérienne ayant résidé au Mexique, qu’il quitte sous peu pour d’autres horizons. Sa vadrouille artistique s’arrête, cette fois, en Tunisie à l’espace Caliga. Et c’est jusqu’au 24 janvier.

Les voyages de Choukry Benmansour lui font découvrir, tout au long de sa carrière artistique, des populations dont les différences religieuses et culturelles ouvrent à son esprit, avide de connaissance des hommes, de nouvelles perspectives de réflexion. Choukry Benmansour était au Mexique, là où il enseignait les mathématiques au lycée français. Mais l’éveil de sa vocation artistique va crescendo bien des années avant. Enfant, Choukry s’est montré sensible au domaine de la peinture. Son père Abdallah Benmansour est un peintre connu et reconnu dans son pays natal l’Algérie, là où il a été honoré du titre de peintre du «patrimoine national». Dès lors, Choukry s'adonne à l’art de la peinture. Il s'initie à la couleur au moyen d’une petite pierre de moins de deux centimètres, à première vue sans importance, mais qui lui vaut des dizaines de tableaux. Il le dit, d’ailleurs, en exprimant son penchant pour les petites escapades dans les grandes étendues de terre verdoyantes, «Quand j’étais un petit enfant dans un monde merveilleux, j’aimais mes excursions dans des jardins naturels, où on entend la voix du Grand Esprit dans le chant des oiseaux, dans le ruissellement de puissants cours d’eaux et dans l’odeur agréable des fleurs. C’est au travers de ces lieux offerts par la terre que l’homme peut trouver la paix et l’harmonie. Une pierre, un arbre, une feuille, le vent, toutes les couleurs…Les hommes qui vivent près de la nature ne seront jamais dans l’obscurité». Choukry Benmansour est un autodidacte qui s’est donné le luxe de scruter les principes fondamentaux de la perspective et de l’art dans son ensemble. Quelques conseils glanés ici et là auprès des peintres confirmés se sont ajoutés à ces acquisitions autodidactes. Son travail artistique consiste à créer un subtil jeu de transpositions à partir du même schéma initial. Seule la couleur change et quelques traits qui vagabondent ici et là au hasard de la rencontre de la toile et des tons colorés. L’artiste reproduit les mêmes toiles à l’huile sur des pierres peintes en acrylique. Choukry Benmansour place son art «dans une démarche permanente de recherche d’un équilibre délicat et fragile entre la couleur et la forme». Il affirme aussi que c’est le Mexique, cette contrée lointaine, qui, dit-il, lui a permis d’approfondir sa quête d’un équilibre quasi parfait entre la couleur et la forme. Son langage plastique personnel est une sorte de synthèse de ce que son œil d’artiste a pu observer sa vie durant. L’admiration qu’il voue au Mexique notamment s’est traduite dans son art, par un penchant pour les couleurs vives qui éclatent dans un chromatisme stupéfiant, déclinant une lumière diffuse. L'artiste projette le meilleur de son moi profond dans l'espace pictural. Son art se trouve aujourd’hui nourri de culture algérienne et imprégné d’autres cultures du monde. Pour cela, il lui suffit de faire appel à la multitude de ses souvenirs vécus qui ressurgissent des tréfonds de sa mémoire.

Mona BEN GAMRA

 

Posté par havre de paix à 21:44:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

"LE TEMPS" mardi 13 janvier 2009

A l’Espace des Beaux-Arts « Caliga »

Au fond du voyage…

Choukry Benmansour est un peintre passionné qui prône la spontanéité contre la routine, qui y sonde ses origines et ses imprégnations de voyages dans une écriture personnelle dont les formes et les couleurs en sont les termes, les signes et les symboles, la ponctuation.C’est probablement pour se détacher de la rationalité et de la logique des mathématiques qu’il enseigne, qu’il fait des entrelacs, des entrecroisements, des enchevêtrements, des labyrinthes sur toile et sur pierre… si Choukry Benmansour est un peintre figuratif au départ, c’est vers l’abstraction qu’il se dirige aujourd’hui. Il avait envie d’une peinture que l’on puisse reconnaître sans avoir à y apposer de signature.

De l’huile, il a fait son médium de prédilection et grâce à elle, il entretient un rapport très particulier à la tache. S’il peut alors se livrer à une pratique exploratoire de l’accident, il dit maîtriser la tache, la diriger à la différence de Jackson Pollock qui jouait sur le hasard. C’est ainsi que Choukry Benmansour fait coïncider hasard et méthode, explore différentes techniques afin de créer une peinture singulière, ni formelle, ni géométrique.

Arrivé tout droit du Mexique, l’inspiration, dit-il, lui est venue d’une petite pierre toute veinée qu’il nous a montrée. Cependant, il suffit d’imaginer pour que la tache devienne, comme d’elle-même, « Départ vers la vie », « voyage cosmique », « mirage », « Fonds marins », « Chevauchée pastorale » ou « Algues d’or ».  On s’intéresse alors à ce qui survient, à ce qui peut survenir. La matière fluctue, débordant de vitalité.  

Les formes retenues alors dans un de leur développement détiennent une indétermination, une instabilité essentielle.

La fréquence de certains motifs, formes, couleurs les transforme en symboles dont on aimerait trouver la clé pour mieux en comprendre la signification. Ces lignes témoignent d’un parcours intime qui présente des références visuelles reconnaissables, mais non identifiables.

 Zone urbaine, organisme humain, monde cellulaire, monde sous-marin, espace stellaire ? 

Chacun peut y imaginer diverses choses, voir s'y promener des réminiscences de songes, ce qui rend l'oeuvre accessible et riche, et c’est là tout l’intérêt de l’abstraction. En somme, un monde poétique qui englobe maintes questions sur le monde qui nous entoure…

Nadia ZOUARI


 

Posté par havre de paix à 21:38:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 18 août 2008

Reforma, Domingo 08 de junio 2008

Pintura sobre piedras, óleo y madera.

Traen arte argelino a México.

 La Alianza Francesa en centro San Ángel prestó sus instalaciones para que Choukry Benmansour presentara a amigos y colegas su exposición  Ríos de colores en Piedra.El pintor también es profesor de matemáticas en el Liceo Franco-Mexicano, pero dedica parte de su pasión a la labor artística, la cual refleja otra parte de su personalidad. La obra se caracteriza  por pinturas al óleo sobre lienzo y otras superficies menos convencionales como piedras o muebles de madera.Telas vivas, llenas de alegría y color, logran, junto con el trazo irregular, llevar al espectador a experimentar sensaciones evocadoras.

            DESDE ARGELIA PARA MEXICO

 Choukry Benmansour nació en la ciudad de Tlemcen en 1961. Después de terminar sus estudios vivió en Senegal y Francia para después venir a México. Actualmente enseña matemáticas en el Liceo Francés-Mexicano. Desde su juventud mostró interés por la pintura, heredado de su padre, también pintor de profesión.

 

Posté par havre de paix à 19:48:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 2 juin 2008

El Universal Jueves 22 de mayo de 2008

Trazos multicolores en piedra

El Universal

Jueves 22 de mayo de 2008

La embajada de Francia y la Alianza Francesa llevaron a cabo la inauguración de la exposición Ríos de Colores en Piedra del pintor franco-argelino Choukry Benmansour.

La sede fue en la Alianza Francesa San Ángel donde se reunieron familiares y amigos del artista, así como algunos invitados especiales de la embajada de Marruecos.

La exhibición fue inaugurada por el director del lugar, Phillippe Palade y el embajador de Francia en México, Alain Le Gourrierec.

Los asistentes recorrieron la muestra que se conforma por 23 pinturas al óleo y 12 piedras con acrílico.

Benmansour mencionó que: “Los trazos multicolores que componen cada una de las piezas condensan mi manera de viajar a través de mis dos grandes pasiones; por un lado la pintura y el arte, y por el otro, las matemáticas”, rama en la que se ha desempeñado parte de su vida como profesor.

Las piezas expuestas conjugan la serenidad del color que transporta al espectador hacia terrenos lejanos donde el trazado irregular adquiere valor y se identifica con las piedras semipreciosas, con su lado sutil.

Sus rocas están impregnadas de colores vivos en los que resalta el amarillo, rojo, violeta, así como los rosas llamativos.

Cuando los asistentes terminaron de recorrer la muestra, felicitaron al pintor y se tomaron algunas fotos con él.

Al final del evento, Benmansour, acompañado de su esposa Christy, agradeció la asistencia de los presentes y el apoyo del recinto para mostrar su trabajo.

La muestra estará abierta durante los dos próximos meses para el público en general. (VPG)

 

Posté par havre de paix à 05:47:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

La Rédaction. (www.lepetitjournal.com - Mexico) vendredi 16 mai 2008

Choukry Benmansour peut s’estimer heureux. Son plus cher souhait s’est accompli : celui de voir que son œuvre picturale est reconnue par le public, sans besoin de jeter un coup d’œil fugitif à la signature gribouillée en bas de chacun de ses tableaux


Ce prof de mathématiques au lycée français de Mexico a été bercé dès son jeune âge dans le monde de l’art et de la peinture en particulier. Son père, Abdellah Benmansour, est un peintre octogénaire connu et reconnu dans son Algérie natale, puisque ses œuvres ont été érigées récemment au rang de "patrimoine national" du pays.
A propos de sa propre œuvre, Choukry dit qu’il est dans une démarche permanente de recherche d’un équilibre délicat et fragile entre la couleur et la forme.
Ses tableaux sont un véritable enchantement pour les yeux et bien malin qui dira, sans hésitation, qu’est ce qui se cache derrière cet envahissement de couleurs vives et d’images multiformes. Et pour cause, presque dans toutes ses œuvres, il se plaît à dissimuler une figure que seule l’intitulé du tableau pourrait trahir…parfois.


Oeuvre de Choukry (Photo LPJ)


Un équilibre entre les couleurs et les formes
En observant ses visiteurs contempler le festival de couleurs qui se dégage de ses tableaux, il pense déceler une sensation d’apaisement chez eux. C’est en tout cas ce qui semble lui arriver, à lui, en observant amoureusement le fruit d’heures de travail et de concentration.
Le point de départ de son œuvre était une petite pierre, de moins de 2 cm², à première vue sans importance, mais qui lui a inspiré les dizaines de tableaux accrochés ici et là chez lui. Par un jeu de transpositions dont il a le secret, il a reproduit les mêmes figures sur des pierres, qui ont cessé de l’être, tellement les couleurs et les formes en acrylique font penser plutôt à l’art de la décoration sur les œufs d’autruche.
A propos de son séjour au Mexique, qu’il quittera sous peu pour d’autres horizons, Choukry affirme que ce pays lui a permis d’approfondir sa quête d’un équilibre quasi-parfait entre la couleur et la forme.
Choukry s’essaie aussi à l’art du Gouache, difficile à maîtriser à son goût, d’autant que le public l’apprécie moins que la peinture à l’huile.

Après une première exposition en octobre 2007 à Mexico sous le thème ‘Havre de paix’’, Choukry s’apprête à organiser une autre, le 20 mai courant, à l’Alliance française San Angel.
"Rivières de couleurs en pierre" est le thème choisi pour cette seconde exhibition. Le vernissage aura lieu à partir de 19H00.
La Rédaction. (www.lepetitjournal.com - Mexico) vendredi 16 mai 2008

Posté par havre de paix à 05:34:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

México, 21 May (Notimex)

Abrió artista Choukry Benmansour muestra "Ríos de colores en piedra".

May 21st, 2008 @ 8:32am

México, 21 May (Notimex).- El trazo vuelto sentimiento, a través del material con el que se expresa, toma forma en la exposición "Ríos de colores en piedra" del artista franco argelino Choukry Benmansour, inaugurada la víspera en el Centro San Angel de la Alianza Francesa Mexicana.

Compuesta por obras en gauche y óleo, la muestra condensa además la manera de viajar del artista con dos pasiones: por un lado la pintura y el arte; y por el otro las matemáticas, rama en la que se ha desempeñado toda su vida como profesor. Nacido en 1961 en la ciudad de Tlemcen, Argelia, pero naturalizado francés, Benmansour enseña actualmente matemáticas en el Liceo Franco- Mexicano. Desde joven tiene la pasión por la pintura, sentimiento que le ha sido contagiado en parte por su padre, quien se ha dedicado a la pintura de manera profesional. Las piezas expuestas conjugan la serenidad del color que transporta al espectador hacia terrenos lejanos donde el trazado irregular adquiere valor y se identifica con las vetas de las piedras semi-preciosas, con su lado arácnido y sutil. Impregnadas de colores vivos en los que resalta el amarillo, rojo, violeta, así como rosas llamativos, las obras demuestran ya la influencia de la llegada a México del pintor, ocurrida apenas dos años atrás, pero absorbida a través de su estancia y convivencia como profesor de matemáticas. El artista estudió el nivel secundario y preparatorio en Argelia, pero después del bachillerato viajó a Francia para estudiar ingeniería en la ciudad de Toulouse.

Después regresó a su país natal donde trabajó durante 6 años como profesor, antes de viajar a Senegal, donde también enseña las matemáticas. Al lado de esa vida errante, siempre se mantuvo presente la imagen de su padre, quien se desempeña como pintor, pero la inquietud de Benmansour lo llevan a experimentar con soportes poco tradicionales como rocas o muebles de madera. La muestra que permanecerá exhibida en el Centro San Angel durante los próximos dos meses, rescata esa veta del artista, que como surgida de su interior se levanta en forma de cuadro u objeto que rememora las más puras y humildes formas de la naturaleza.

 

Posté par havre de paix à 05:30:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]